top of page

A l'origine

... de l'Association, l’histoire de Lou*, qui, à la veille de ses 16 ans, annonce à ses parents qu’elle est un garçon.

A l'origine...

Guide de soins transgenres : l’OMS sous le feu de critiques internationales 09.10.2024

!!! Update 15.01.2024: l'OMS écarte les mineurs de son futur Guide de soins transgenres
Suite à l'avalanche de critiques, l'OMS a réouvert et prolongé le délai de la con
sultation sur son Guide de soins transgenres et a annoncé qu'il ne concernera pas les mineurs, car "après examen, la base de données probante est limitée et variable en ce qui concerne les résultats à long terme des soins d'affirmation du genre pour les enfants et les adolescents". Un des membres du Groupe de travail le plus critiqué pour son militantisme a été écarté, suite à "un souci de calendrier" et le Groupe devrait s'ouvrir à d'autres voix. L'AMQG a cosigné deux courriers à l'OMS

Une réaction internationale mobilisant des organisations de défense des droits des personnes homosexuelles et LGBT, des associations de médecins, de féministes, de parents de jeunes exprimant une dysphorie de genre, et de personnes regrettant leur transition médicale dénonce des violations manifestes des principes fondamentaux de gouvernance par l’OMS. L’organisation a en effet désigné un groupe de travail de militants  trans-affirmatifs, dont la plupart n’ont pas d’expertise scientifique, pour établir les normes internationales en matière de « fourniture de soins affirmant le genre, y compris les hormones », et promouvoir la reconnaissance légale de l’autodétermination de genre comme un droit humain universel.

 

Près de 12'000 organisations et personnes individuelles ont signé la pétition « who-decides.org », mise en ligne le 28 décembre 2023 à l’initiative de LGBT Courage Coalition (LGBTCC), une organisation américaine fondée par la lanceuse d’alerte Jamie Reed, dont les membres sont préoccupés par la médecine de genre pédiatrique et la censure des voix critiques.

 

Plusieurs organisations LGBT, des cliniciens et professionnels de la santé mentale, des groupes de parents ont écrit à l'OMS pour lui faire part de leurs préoccupations. Ils soulignent que le groupe ne comprend aucun expert en développement de l'enfant et de l'adolescent, ni aucun critique du modèle affirmatif du genre alors même que les jeunes forment aujourd’hui la principale cohorte consultant les services de la médecine de genre et que l’approche trans-affirmative préconisée par la WPATH fait l’objet d’un des débats les plus vifs dans la communauté médicale internationale. Pionniers en matière de droits des personnes LGBT, la Suède, la Finlande, la Grande-Bretagne ont en effet récemment revu leurs protocoles d’accompagnement des jeunes se déclarant de l’autre sexe, sur la base de revues systématiques des preuves démontrant que les risques des traitements d’affirmation du genre l’emportent sur les bénéfices. 

Etat des lieux

Depuis moins d’une décennie, le nombre d’adolescentes et adolescents consultant pour un sentiment d’incongruence entre leur sexe biologique et leur genre ressenti (souffrance nommée « dysphorie de genre ») a explosé dans les pays occidentaux, sans que l’on ne comprenne véritablement pourquoi.

Questions &

Controverses_home.png

Controverses

L’accompagnement dit "trans-affirmatif" et en particulier les traitements hormonaux des enfants et des adolescents souffrant de dysphorie de genre font l'objet de plus en plus de controverses.

Clause de non-responsabilité: ce site est à but informatif uniquement. Il n'a pas pour but de conseiller les parents, les proches ou les jeunes sur quoi faire en cas de questionnement de genre chez un jeune. Ce site cherche des réponses à des questions scientifiques encore trop floues sur les effets des protocoles d'affirmation sur les pourcentages de désistement/détransition (jeunes qui cessent de s'identifier à un genre n'étant pas celui de leur sexe de naissance), ainsi que sur le futur des jeunes gens qui ont suivi un traitement de "réassignation du genre" médical, dont le nombre a explosé ces dernières années. 


Ce site a pour but d'attirer l'attention sur l'importance d'adresser ces questionnements de genre chez les jeunes de manière ouverte et transparente, et de favoriser une approche modérée, diversifiée et non militante. Les études démontrent que rejeter les jeunes qui se questionnent sur leur genre, nier leur expérience, ou suggérer qu'ils ne seraient plus aimés et soutenus suite à une transition, peut avoir un impact négatif sur leur santé mentale. Une transition hâtive peut également s'avérer néfaste pour les jeunes, et de plus en plus d'exemples de ces cas sont documentés. Nous sommes en faveur d'un modèle de soin de la santé mentale basé sur la science, où les jeunes qui se questionnent sont soutenus et aidés, où ceux qui désistent/détransitionnent sont soutenus et protégés, où les traitements médicaux sont perçus comme étant de dernier recours, et pas comme une mesure de premier recours sans conséquence.

Inscription infolettre

Merci pour votre envoi !

bottom of page