News

Observatoire_logo.png

Mars 2021, France - L’Observatoire des discours idéologiques sur l’enfant et l’adolescent interpelle le Comité consultatif national d’éthique sur l’impact des pratiques médicales sur les enfants diagnostiqués «dysphorie de genre».

Dans un document réalisé par son groupe de travail, l’Observatoire relève qu'une nouvelle entité clinique apparue en 2014 dans le DSM-5, la "dysphorie de genre", donne lieu depuis à des pratiques médicales (bloqueurs de puberté, traitement hormonal) et chirurgicales (mastectomie notamment) mettant en jeu l’intégrité corporelle de jeunes enfants et d’adolescents.

 

L'Observatoire alerte le comité d’éthique français

·  sur le caractère irréversible de ces interventions.

· sur des pratiques qui engagent l’avenir de ces enfants et de ces adolescents dans leur vie d’adulte.

· sur les conséquences d’une certaine propagande qui se médiatise par le biais de documentaires et par les réseaux sociaux qui tendent à banaliser ces transitions sociales et médicales

> Lire l'appel de l'Observatoire

Auteurs de l'appel

Céline Masson, professeur des universités, psychanalyste

Anna Cognet, psychologue clinicienne, enseignante à Psychoprat

Delphine Girard, professeur de Lettres classiques

Claire Squires, psychiatre, maître de conférences HDR à l’Université de Paris

Laurence Croix, psychanalyste, Maître de Conférences à l’Université Paris Ouest Nanterre

Anne Perret, pédopsychiatre, praticien hospitalier

Pascale Belot-Fourcade, psychiatre, psychanalyste

Caroline Eliacheff, psychiatre, psychanalyste

Jean-Pierre Lebrun, psychiatre, psychanalyste

Xavier Gassmann, psychanalyste, Hôpital René Dubos

Hana Rottman, pédiatre, psychiatre

Olivia Sarton, juriste

Anne-Laure Boch, neurochirurgien, philosophe, hôpital de la Salpêtrière.