Un médecin questionne l'approche affirmative

Nous reproduisons ci-après notre traduction d'un article complet publié le 6 février 2020 par l'endocrinologue australien William J. Malone sur GDWorkingGroup.org, un groupe international de psychiatres, psychologues, travailleurs sociaux en milieu médical, chercheurs, et psychanalystes ayant un intérêt spécial dans le traitement de la dysphorie de genre chez les enfants, adolescents et jeunes gens. 

RESSOURCES POUR LES PRESTATAIRES DE SERVICES SUR LA DYSPHORIE DE GENRE

Ressources sur la dysphorie de genre pour les prestataires de soins : 3ème édition*

Du bureau de : William J. Malone, MD Endocrinologue certifié par le conseil d'administration

 

*Cette troisième édition bénéficie de la contribution de Julia Diana Robertson, auteure primée et collaboratrice du Huffington Post, d'After Ellen et du Velvet Chronicle.  De son point de vue unique d'Arabo-Américaine, elle a courageusement sensibilisé le public aux défis auxquels est confrontée la communauté lesbienne et aux dommages causés par la médicalisation des jeunes non-conformes au genre. Je lui suis reconnaissant pour ses contributions.

 

Description : En tant qu'endocrinologue praticien, je synthétise les informations de la littérature médicale, puis j'intègre ces informations à mes expériences personnelles pour générer des recommandations pour les patients qui ont la plus grande probabilité d'atténuer leurs souffrances.  Je me suis inquiété en 2017 lorsque l'Endocrine Society a publié des lignes directrices pour le traitement des enfants et des adolescents dysphoriques de genre qui, si elles étaient suivies, pourraient entraîner l'infertilité de ces patients.  Je n'étais pas disposé à accepter le "modèle d'affirmation du genre" du traitement à la valeur nominale sans lire de première main la littérature soutenant un modèle avec un effet secondaire aussi irréversible et conséquent.  Plus je consultais les sources primaires, plus je m'inquiétais.  Contrairement à la façon dont le modèle a été présenté par nos sociétés médicales, l'approche affirmative est controversée et les données soutenant son application sont limitées, voire inexistantes, en particulier chez les enfants et les adolescents.  Le modèle suscite de profondes inquiétudes en matière d'éthique et de consentement éclairé.  Il n'existe pas de données montrant les avantages psychologiques à long terme des interventions hormonales et chirurgicales.  En outre, on constate une suppression inquiétante du débat sur ces questions, tant au sein de la communauté médicale que dans notre société en général.  Dans le but de faire avancer ce débat, j'ai produit ce document résumant la littérature médicale qui critique le "modèle d'affirmation du genre". Les professionnels de la santé, les patients et les autres personnes méritent de connaître l'existence de cette littérature afin que les meilleurs soins possibles puissent être prodigués aux personnes souffrant de dysphorie de genre.  Le même processus rigoureux de débat scientifique appliqué à d'autres domaines de la médecine devrait être appliqué à ce domaine également. 

 

Pour ceux qui souhaitent en savoir plus sur la dysphorie de genre et sur les préoccupations entourant le "modèle d'affirmation du genre" de traitement, j'ai résumé les points clés sur le sujet et j'ai intégré des liens vers la littérature pertinente. Ce document ne se veut pas exhaustif, mais constitue un point de départ pour une lecture plus approfondie. Aucun des énoncés ci-dessous n'est destiné à constituer une recommandation pour le traitement de patients individuels, et les opinions exprimées ici sont les miennes, fondées sur mon expérience clinique et ma lecture de la littérature médicale.

 

  • Définitions : Le sexe est défini comme l'état d'être mâle ou femelle. En l'absence d'un processus pathologique, les hommes développent naturellement la capacité de produire des spermatozoïdes, et les femmes celle de produire des ovules.  Un homme est un humain adulte de sexe masculin.  Une femme est un être humain adulte de sexe féminin.   Le genre est défini comme les stéréotypes et les traits comportementaux généralement associés au sexe d'une personne.  Actuellement, le terme "genre" est utilisé à tort comme synonyme de "sexe". Pour cet aperçu, le terme "genre" sera utilisé pour indiquer les stéréotypes comportementaux et les rôles attendus en fonction du sexe. 

 

Historiquement, le terme transsexuel désignait une personne qui avait pris des mesures importantes pour se présenter à la société comme étant du sexe opposé, dans le but de soulager une dysphorie de genre grave et persistante.  Plus récemment, le terme transsexuel a été remplacé par le terme transgenre, ce qui a entraîné une certaine confusion.  Culturellement, et maintenant médicalement, le transgenre est défini comme un état de "décalage" entre le genre d'une personne et son sexe biologique.  Je mets "décalage" entre guillemets parce que le décalage est perçu, et non réel.  Il est impossible de naître dans le "mauvais" corps ("un cerveau de garçon dans un corps de fille", par exemple), et aucun scientifique sérieux n'a jamais fait une telle affirmation.  

 

Chaque cellule a un sexe : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK222291/

 

La dysphorie de genre (DG) est une détresse liée au fait d'être biologiquement un homme ou une femme, en relation avec les attentes sociétales des rôles de genre.  On peut également dire que la dysphorie de genre est un sentiment de détresse lié au fait de ne pas être conforme au genre. Par exemple, une fille "masculine", dont les manières et les préférences sont plus stéréotypées que celles des hommes, peut se sentir confuse et penser qu'elle est en fait un homme, et être angoissée par son apparence physique de femme.  Le DG peut être léger ou grave, et il peut se manifester à tout moment, mais généralement avant la puberté ou la péri-puberté.  Nous reviendrons plus en détail sur l'étiologie et le traitement dans des sections ultérieures, mais pour résumer, une fille telle que décrite ci-dessus n'a pas besoin de testostérone pour ressembler à un garçon.  Elle a besoin d'un soutien psychologique pour l'aider à comprendre l'étiologie de son rejet de son sexe natal.

 

  •  Histoire naturelle de la dysphorie de genre : 0,5% des enfants souffrent de dysphorie de genre. Environ 85 % des cas de dysphorie de genre apparaissant pendant l'enfance disparaissent à l'âge adulte. La majorité des enfants qui souffrent de dysphorie de genre seront attirés par le même sexe ou bisexuels.  Il est impossible de déterminer quels sont ceux dont la DG disparaîtra et ceux qui persisteront sans tenir compte du développement pubertaire. Certains praticiens prétendent qu'ils peuvent déterminer cliniquement au début de la puberté qui persistera dans sa dysphorie de genre, mais il n'existe pas d'outils cliniques validés qui permettent de prédire la persistance.

 

En partie à cause du manque de preuves que les hormones transsexuelles et la chirurgie de réassignation sexuelle améliorent le fonctionnement psychologique à long terme des personnes souffrant de dysphorie de genre (voir ci-dessous), les bloqueurs de puberté ont été introduits dans les protocoles de traitement des enfants et des adolescents souffrant de dysphorie de genre, avec l'idée qu'en empêchant le développement des caractéristiques sexuelles secondaires (des hommes en particulier), les individus traités ressembleraient davantage à leur sexe désiré, réduisant ainsi la dysphorie et améliorant le fonctionnement psychologique à long terme. 

 

Le premier problème de cette approche est que les hormones et la chirurgie n'aident pas un individu en détresse à comprendre l'origine de sa dysphorie.  Elles renforcent l'idée fausse que quelque chose ne va pas dans son corps ou dans son expression de genre.  Le deuxième problème de cette approche est qu'il s'agit d'une hypothèse non prouvée et expérimentale.  Le troisième problème est qu'aucun clinicien ne peut dire qui persistera dans sa dysphorie de genre. Étant donné qu'environ 85 % des cas de dysphorie de genre disparaissent à la puberté, intervenir médicalement avant la fin de la puberté entrave la résolution de la majorité des cas de dysphorie de genre.  En outre, cela nuit aux personnes souffrant d'une DG persistante qui ne souhaitent peut-être pas recevoir d'hormones ou d'interventions chirurgicales pour changer de sexe. De plus, des études récentes montrent que les interventions médicales et chirurgicales sont associées à une augmentation des maladies cardiovasculaires, du cancer et du suicide à long terme. Un examen de la littérature effectué en 2016 par le Center for Medicare and Medicaid Services (CMS) a conclu que la chirurgie de changement de sexe n'améliorait pas le fonctionnement psychologique à long terme.  Dans n'importe quel autre domaine de la médecine, ces conclusions entraîneraient un réexamen vigoureux du paradigme de traitement, et probablement un arrêt de ces traitements jusqu'à ce que des données convaincantes montrant un bénéfice soient présentées.

 

Lignes directrices de l'Endocrine Society : "... la grande majorité (environ 85%) des enfants prépubères avec un diagnostic d'enfance (de GD) ne sont pas restés dysphoriques de genre à l'adolescence."

 

Steensma, T. D., Mcguire, J. K., Kreukels, B. P., Beekman, A. J., & Cohen-Kettenis, P. T. (2013). Facteurs associés à la désistance et à la persistance de la dysphorie de genre de l'enfance : A Quantitative Follow-Up Study. Journal of the American Academy of Child & Adolescent Psychiatry,52(6), 582-590.

 

"À ce jour, les études de suivi prospectives sur les enfants atteints de dysphorie de genre, dont la majorité répond aux critères diagnostiques du DSM-IV pour le trouble de l'identité de genre (TIS), ont rapporté collectivement les résultats de 246 enfants. Au moment du suivi à l'adolescence ou à l'âge adulte, ces études ont montré que, pour la majorité des enfants (84,2% ; n= 207), le GD a disparu."

 

             Singh, Devita. "Une étude de suivi des garçons atteints de dysphorie de genre", nymag.com, 2012, images.nymag.com/images/2/daily/2016/01/SINGH-DISSERTATION.pdf.

 

Extraits : "Nous ne comprenons pas le processus de désistance et l'interaction possible qui se produit entre les variables biologiques et psychosociales pour donner lieu aux trajectoires observées chez ces enfants."

 

"Il n'y a pas eu d'études de suivi quantitatives qui ont examiné systématiquement le processus de développement par lequel le GID disparaît (par exemple, comment et à quel âge)."

 

"Ce type de question serait mieux évalué à l'aide d'une étude prospective comprenant de multiples évaluations de suivi autour de points de temps critiques dans le développement des enfants."

 

"Au lieu de laisser aux adolescents plus de temps pour "attendre et voir" et évaluer leurs options d'identité de genre, le traitement de blocage de la puberté peut involontairement pousser les adolescents vers un traitement hormonal transsexuel et une chirurgie de réassignation sexuelle."

 

"Permettre aux enfants de faire une transition sociale pendant l'enfance peut avoir pour effet d'augmenter les chances de persistance à l'adolescence et à l'âge adulte."

 

             Ristori, Jiska, et Thomas D. Steensma. "La dysphorie de genre dans l'enfance". Revue internationale de psychiatrie, vol. 28, n° 1, 2016, p. 13-20.

 

Extrait : " Des facteurs prédictifs de la persistance de la GD ont été identifiés au niveau du groupe, une intensité plus élevée de la GD dans l'enfance étant identifiée comme le facteur prédictif le plus fort d'un futur résultat dysphorique de genre (Steensma et al., 2013). La valeur prédictive des facteurs identifiés pour la persistance sont cependant, au niveau individuel, moins tranchés, et l'utilité clinique des facteurs actuellement identifiés est faible."

 

Steensma, Thomas D., et al. "Le développement de l'identité de genre à l'adolescence". Hormones et comportement, vol. 64, n° 2, 2013, p. 288-297.

 

  •  Étiologie : Les causes actuellement comprises de la dysphorie de genre comprennent : 1) l'autogynéphilie (un homme hétérosexuel qui est sexuellement excité à l'idée de se voir en femme), 2) l'homophobie intériorisée, ou le rejet de son homosexualité (par exemple, une préférence pour vivre sa vie en tant que " femme trans " attirée par les hommes, vs vivre en tant qu'homme gay), 3) les processus de pensée concrets qui caractérisent les troubles du spectre autistique ("Je n'aime pas les choses de filles, donc je dois être un garçon"), 4) les traumatismes sexuels (un mécanisme de protection pour éviter la répétition de ces traumatismes), 5) l'amalgame entre sexe et genre (dû au stress de ne pas correspondre aux attentes de la société en matière de rôles de genre).

 

Personne ne naît dans un mauvais corps ou avec une mauvaise expression de genre. Un fait important mais négligé est qu'il existe une large distribution de types de personnalité et de comportements au sein de chaque sexe, avec un chevauchement significatif entre les sexes.  Les filles "masculines" ou les garçons "féminins" ont des expressions de genre qui sont tout aussi valables pour les filles "féminines" et les garçons "masculins". Il est compréhensible qu'une telle personne puisse développer une dysphorie de genre, car elle ne rentre pas dans le moule typique, pour ainsi dire.  Cependant, il est difficile de comprendre que ces personnes non conformes au genre soient pathologisées par les professionnels de la santé. Pathologiser un comportement non conforme au genre peut causer des dommages psychologiques (persistance de la dysphorie de genre, par exemple).  La dysphorie d'une personne "non-conforme" au genre est un signal qu'il faut renforcer la résilience et/ou l'acceptation de soi.  La dysphorie d'une personne "conforme" au genre indique probablement qu'un traumatisme sous-jacent ou une motivation psychologique doit être abordé et résolu.

 

Blanchard, Raymond. "La dysphorie de genre n'est pas une chose unique". 4thWaveNow, 7 déc. 2017, 4thwavenow.com/2017/12/07/gender-dysphoria-is-not-one-thing/.

 

Extraits : "Un problème avec le récit dominant actuel concernant la dysphorie de genre est qu'il ne fait aucune distinction entre des types de personnes apparemment très différentes."

 

"L'incapacité de tant de thérapeutes et de militants à reconnaître cette distinction est inquiétante pour au moins deux raisons. Premièrement, cela suggère qu'ils sont soit ignorants des preuves scientifiques pertinentes, soit qu'ils les ignorent délibérément. Deuxièmement, l'incapacité à faire des distinctions scientifiquement valides et fonctionnelles entre les différents types de personnes dysphoriques de genre ne peut qu'empêcher de progresser vers la recherche de la meilleure approche pour aider chacune d'entre elles."

 

Blanchard, Ray. (2005). Histoire ancienne du concept d'autogynéphilie. Archives of sexual behavior. 34. 439-46. 10.1007/s10508-005-4343-8.

 

Extraits : " Depuis le début du siècle dernier, les observateurs cliniques ont décrit la propension de certains hommes à être érotiquement excités par la pensée ou l'image d'eux-mêmes en tant que femmes. "

 

" Il est notable que l'idée d'avoir des seins de femme semble remonter assez souvent dans les fantasmes autogynephiles. "

 

Déclaration de la patiente : "Les vraies filles vont et viennent, mais ma seule vraie petite amie permanente, c'était moi-même dans le rôle de la femme."

 

Bailey, J & Triea, Kiira. (2007). Ce que de nombreux activistes transgenres ne veulent pas que vous sachiez : et pourquoi vous devriez quand même le savoir. Perspectives en biologie et en médecine. 50. 521-34. 10.1353/pbm.2007.0041.

 

Extrait : "Nous pensons que le plaidoyer en faveur du récit standard de l'essence féminine ('J'ai toujours eu le sentiment d'être une femme née dans un corps d'homme'), et contre la théorie de Blanchard, est principalement mené par, ou du moins au nom, de transsexuels non homosexuels qui nient à tort leur autogynephilie."

 

    Modèle d'affirmation du genre : Alors que les directives de l'Endocrine Society et de l'American Academy of Pediatrics promeuvent le modèle d'affirmation du genre comme le seul modèle de soutien psychologique pour les jeunes dysphoriques de genre, il existe en réalité trois modèles de conseil (thérapeutique, accommodatif et d'affirmation) pour le traitement du DG. L'affirmation est le modèle le plus controversé et, à ce titre, il n'est pas utilisé par la clinique nationale néerlandaise pour les transsexuels (considérée comme le fleuron international du traitement de la dysphorie de genre), car il empêche probablement la désistance du DG.

 

             Singh, Devita. "A Follow up Study of Boys with Gender Dysphoria", nymag.com, 2012, images.nymag.com/images/2/daily/2016/01/SINGH-DISSERTATION.pdf.

 

             (Une description des 3 modèles de conseil se trouve à la pg. 16).

 

Extrait concernant le modèle social et psychologique d'affirmation du genre : " Cette approche suscite de sérieuses inquiétudes.  L'implication la plus frappante d'une approche qui facilite la transition précoce est qu'elle peut orienter certains enfants sur la voie du transsexualisme, alors qu'ils n'auraient autrement pas souhaité effectuer cette transition au cours de leur développement.  Les partisans du modèle de transition précoce n'ont pas abordé la question de savoir comment l'approche s'adapte conceptuellement ou cliniquement à la constatation que la majorité des enfants atteints de TIS montrent une désistance à l'adolescence." (pg. 20)

 

Extrait des lignes directrices de l'Endocrine Society elles-mêmes : "La transition sociale est associée à la persistance du DG lorsque l'enfant progresse vers l'adolescence."

 

  • Inquiétudes concernant les bloqueurs de puberté : On s'inquiète beaucoup du fait que les bloqueurs de la puberté (analogues de la GnRH) empêchent la résolution de la GD. Presque tous les adolescents qui sont traités par blocage de la puberté passent aux hormones du sexe opposé.  Cela signifie que leur utilisation peut empêcher la résolution de la majorité des dysphories de genre apparues pendant l'enfance (85 % du GD devrait normalement se résoudre). Leur impact sur la résolution de la dysphorie de genre à l'adolescence ou à un stade avancé est inconnu.  Ces médicaments freinent le développement physique, social, sexuel, émotionnel et peut-être même intellectuel de l'adolescent.  Le traitement d'un adolescent au stade 2 de Tanner (actuellement recommandé par l'Endocrine Society) avec des médicaments bloquant la puberté et des hormones transsexuelles a une forte probabilité de provoquer l'infertilité. À mon avis, et de l'avis d'autres personnes, il n'est pas possible pour un adolescent socialement, émotionnellement et intellectuellement immature de consentir à une stérilité à vie ou à des changements physiques permanents provoqués par des hormones et des interventions chirurgicales, compte tenu de notre compréhension de la maturation du cerveau chez les jeunes adultes.

 

             Sharma, Sushil, et al. "Maturation du cerveau de l'adolescent". Maladies et traitements neuropsychiatriques, 2013, p. 449.

 

Vrouenraets, Lieke Josephina Jeanne Johanna, et al. "Traitement médical précoce des enfants et des adolescents atteints de dysphorie de genre : Une étude éthique empirique ". Journal of Adolescent Health, vol. 57, no. 4, 2015, p. 367-373.

 

Extrait : "Je crois qu'à l'adolescence, les inhibiteurs hypothalamiques ne devraient jamais être administrés, car ils interfèrent non seulement avec le développement émotionnel, mais [aussi] avec le processus d'intégration entre les différents aspects internes et externes caractérisant la transition vers l'âge adulte." -Psychiatre

 

Conférence EPATH 2019, section sur les bloqueurs de puberté, pg 165 :

 

Hruz, Paul. "Douleurs de croissance". La Nouvelle Atlantide, 2017, www.thenewatlantis.com/publications/growing-pains.

 

Extrait : À la lumière des nombreuses incertitudes et inconnues, il serait approprié de qualifier d'expérimentale l'utilisation des traitements bloqueurs de puberté pour la dysphorie de genre. Pourtant, elle n'est pas traitée comme telle par la communauté médicale. Au fil des décennies, la médecine expérimentale a développé de nombreuses normes, standards et protocoles, notamment la protection des sujets humains, le recours à des comités d'examen institutionnels, des essais cliniques soigneusement contrôlés et des études de suivi à long terme. Ces pratiques de longue date sont destinées à rendre la médecine expérimentale plus rigoureuse et à servir les intérêts des patients, des médecins et de la communauté. Mais lorsqu'il s'agit de l'utilisation de traitements bloquant la puberté pour la dysphorie de genre, ces normes et protocoles semblent être presque totalement absents - un fait qui dessert les patients, les médecins, la communauté et la recherche de la vérité. Les médecins doivent être prudents lorsqu'il s'agit d'adopter des thérapies expérimentales en général, mais surtout celles destinées aux enfants, et doivent particulièrement éviter toute thérapie expérimentale dont l'efficacité ou la sécurité n'a pratiquement pas été prouvée scientifiquement. Quelles que soient les bonnes intentions des médecins et des parents, exposer les jeunes à ces traitements, c'est les mettre en danger.

 

Hruz, P. W. (2019). Déficiences des preuves scientifiques pour la gestion médicale de la dysphorie de genre. The Linacre Quarterly. https://doi.org/10.1177/0024363919873762

 

Extrait : En résumé, les informations présentées dans ce rapport mettent en évidence de nombreuses lacunes dans la base de connaissances existante concernant l'étiologie et la prévalence de la dysphorie de genre et les approches thérapeutiques actuelles. Bien qu'elles soient loin d'être exhaustives, ces données justifient une certaine prudence dans l'acceptation des paradigmes de traitement d'affirmation de genre actuellement proposés, qui ont été préconisés par le WPATH (Coleman et al. 2012) et d'autres organisations professionnelles (Hembree et al. 2017).

 

Giovanardi, Guido. (2017). Gagner du temps ou arrêter le développement ? Le dilemme de l'administration de bloqueurs d'hormones chez les enfants et les adolescents trans. Journal Biomédical de Porto.

 

Extraits :

 

Résumé des préoccupations soulevées dans la littérature :

 

"Au stade 2 ou 3 de Tanner, l'individu n'est pas suffisamment mature pour être authentiquement libre de prendre une telle décision."

 

"Il n'est pas possible de poser un diagnostic certain de GD à l'adolescence, car dans cette phase, l'identité de genre est encore fluctuante."

 

"Compte tenu du pourcentage élevé de désistements, un traitement somatique précoce peut être prématuré et inapproprié." 

 

"Les recherches concernant les effets des interventions précoces sur le développement de la masse osseuse et la croissance - événements typiques de la puberté hormonale - et sur le développement du cerveau sont encore limitées, de sorte que nous ne pouvons pas connaître les effets à long terme sur un grand nombre de cas."

 

"L'impact sur la sexualité n'a pas encore été étudié, mais la restriction de l'appétit sexuel induite par les bloqueurs peut empêcher l'adolescent de vivre des expériences socio-sexuelles adaptées à son âge."

 

"À la lumière de ce fait, les interventions précoces peuvent interférer avec le développement d'une sexualité libre chez le patient et peuvent limiter son exploration de l'orientation sexuelle."

 

  • Problèmes liés aux lignes directrices de l'Endocrine Society : Les lignes directrices de l'Endocrine Society pour le traitement des jeunes dysphoriques de genre omettent des sections importantes de la littérature pertinente. De plus, parce qu'elles présentent le modèle d'affirmation du genre comme la norme de soins pour la DG, elles doivent être considérées comme un article d'opinion, et non comme un document définitif pour guider la prise de décision. Le document s'appuie sur une seule étude non contrôlée pour justifier le traitement des jeunes atteints de DG par le PB et le CSH. Vous remarquerez que dans les sections détaillant le blocage de la puberté et les hormones transsexuelles, des "suggestions", et non des recommandations, sont faites, sur la base de preuves de "faible qualité".  Les conseils thérapeutiques, ainsi que la puberté ininterrompue, permettent de résoudre la majorité des cas de dysphorie de genre. L'Endocrine Society n'a pas réussi dans ses directives à fournir des preuves que le modèle d'affirmation du genre améliore ce taux élevé de résolution qui ne nécessite pas une médicalisation à vie.

 

       Hembree, Wylie C, et al. "Endocrine Treatment of Gender-Dysphoric/Gender-Incongruent Persons : An Endocrine Society* Clinical Practice Guideline". The Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism, vol. 102, no 11, 2017, p. 3869-3903.

 

Vries, A. L. C. De, et al. " Young Adult Psychological Outcome After Puberty Suppression and Gender Reassignment ". Pediatrics, vol. 134, no. 4, 2014, p. 696-704.

 

Mon analyse plus approfondie de cette étude : On peut avancer un argument selon lequel cette étude, sur laquelle les lignes directrices de l'Endocrine Society sur la dysphorie de genre s'appuient pour justifier les hormones transsexuelles et la chirurgie de réassignation sexuelle, montre en fait que ces interventions n'améliorent pas du tout le fonctionnement psychologique des personnes dysphoriques de genre.

 

Le principal problème de cette étude est l'absence de groupe de contrôle. Par conséquent, les conclusions utiles de l'étude sont limitées. 

 

Les auteurs de l'article concluent : "Un protocole clinique d'une équipe multidisciplinaire composée de professionnels de la santé mentale, de médecins et de chirurgiens, comprenant la suppression de la puberté, suivie d'hormones transsexuelles et d'une chirurgie de réassignation de genre, a fourni aux jeunes dysphoriques de genre qui recherchent une réassignation de genre à partir du début de la puberté, l'opportunité de se développer en jeunes adultes fonctionnant bien."

 

La représentation graphique des améliorations psychologiques (tableau 3) montre certaines améliorations du fonctionnement global et d'autres mesures standardisées de la fonction psychologique, en comparant les patients de 14 ans ayant commencé le blocage pubertaire, à ces mêmes patients à 16 ans lorsqu'ils ont commencé les hormones transsexuelles, puis un an après la chirurgie de réassignation sexuelle (âge moyen de 20 ans).

 

Chacun des patients a bénéficié d'un conseil intensif, impliquant un soutien psychologique à la fois pour les patients et leurs familles, lors de visites mensuelles (selon les descriptions de ce modèle dans les articles référencés). Il faut également garder à l'esprit que la première année après l'opération est souvent qualifiée de phase de "lune de miel" et n'est pas considérée par beaucoup comme un reflet exact du fonctionnement psychologique à long terme après un SRS.

 

En gardant cela à l'esprit, d'autres conclusions peuvent être tirées de ces données :

 

  • Un conseil intensif, ou le processus de vieillissement lui-même, ou les deux, ont entraîné des améliorations lentes mais régulières de certains marqueurs de la santé psychologique sur une période de 6 ans, indépendamment des interventions médicales et chirurgicales.

 

  • Les hormones transsexuelles et la chirurgie de réassignation sexuelle ont amélioré la dysphorie de genre (au moins temporairement), mais cela n'a pas eu d'impact notable sur le bien-être psychologique. Ce résultat serait cohérent avec les conclusions d'autres études à long terme.  Les améliorations psychologiques (scores de fonctionnement global par exemple) ne se sont pas accélérées après le CSH/SRS.  Elles sont restées les mêmes, voire ont ralenti au cours des 6 années.  Le CSH/SRS n'a pas non plus eu d'impact positif sur le taux d'amélioration psychologique. Si le CSH et/ou le SRS était une intervention thérapeutique efficace, les plus grandes améliorations du fonctionnement psychologique auraient eu lieu après ces interventions. Ce n'est pas le cas.

 

Le fait est qu'il s'agit de preuves de faible qualité (selon les termes de la directive de l'Endocrine Society), et que l'on ne peut pas tirer de conclusions définitives sur l'impact des hormones et de la chirurgie sur les résultats psychologiques à partir d'une telle étude. Ce type d'étude ne justifie pas l'utilisation de bloqueurs de puberté et d'hormones du sexe opposé chez les patients adolescents, en particulier lorsqu'environ 85 % de la dysphorie de genre disparaît après la puberté et que les conséquences du traitement sont irréversibles (infertilité, changements physiques permanents).

 

En résumé, l'Endocrine Society suggère un protocole de blocage de la puberté, suivi d'hormones sexuelles croisées, qui peut entraîner l'infertilité, un dysfonctionnement sexuel à vie et une augmentation probable des maladies cardiaques, sur la base de cette étude unique, non contrôlée et de durée insuffisante.

 

  • Problèmes liés aux directives de l'American Academy of Pediatrics (AAP) : Les directives de l'AAP concernant le traitement de la MG sont dépourvues de rigueur scientifique. La critique suivante d'un expert dans le domaine résume les déficits du document :

 

Cantor, James M. "Transgender and Gender Diverse Children and Adolescents : Fact-Checking of AAP Policy". Journal of Sex & Marital Therapy, 2019, pp. 1-7, doi:10.1080/0092623x.2019.1698481.

 

Extraits : L'Académie américaine de pédiatrie (AAP) a récemment publié un énoncé de politique : Garantir des soins et un soutien complets aux enfants et adolescents transgenres et diversifiés sur le plan du genre. Bien que la quasi-totalité des cliniques et des associations professionnelles dans le monde utilisent ce que l'on appelle l'approche de l'attente vigilante pour aider les enfants de genre divers (GD), le communiqué de l'AAP a au contraire rejeté ce consensus, approuvant l'affirmation du genre comme la seule approche acceptable. Fait remarquable, non seulement la déclaration de l'AAP n'inclut aucune des publications sur les résultats réels de ces cas, mais elle déforme également le contenu de ses citations, qui disent à plusieurs reprises le contraire de ce que l'AAP leur attribue.

 

La déclaration de l'AAP est une exclusion systématique et une fausse représentation de littératures entières. Non seulement l'AAP n'a pas fourni de preuves extraordinaires, mais il n'a pas fourni de preuves du tout.  En effet, les recommandations de l'AAP sont en dépit des preuves existantes."

 

  • Autres modèles de soutien psychologique validés : L'utilisation d'un modèle thérapeutique ou thérapeutique modifié de conseil pour la dysphorie de genre a été validée et décrite dans la littérature, et constitue le pilier du " modèle néerlandais " de traitement de la DG. Ces modèles se concentrent sur l'exploration des facteurs de développement qui pourraient contribuer à la dysphorie de genre, et il a été démontré qu'ils aboutissent à la résolution de la dysphorie de genre dans environ 85 % des cas.

 

Zucker, Kenneth & Wood, Hayley & Singh, Devita & Bradley, Susan. (2012). Un modèle développemental et biopsychosocial pour le traitement des enfants atteints de trouble de l'identité de genre. Journal de l'homosexualité. 59. 369-97. 10.1080/00918369.2012.653309.

 

Résumé : " Cet article présente un résumé du modèle et de l'approche thérapeutiques utilisés dans le service d'identité de genre du Centre de toxicomanie et de santé mentale de Toronto.  Les auteurs décrivent leur protocole d'évaluation, décrivent leur modèle actuel de formulation de cas multifactorielle, y compris un fort accent sur les facteurs de développement, et fournit des exemples cliniques de la façon dont le modèle est utilisé dans le traitement."

 

Vries, Annelou & Cohen-Kettenis, Peggy. (2012). Gestion clinique de la dysphorie de genre chez les enfants et les adolescents : L'approche néerlandaise. Journal de l'homosexualité. 59. 301-20. 10.1080/00918369.2012.653300.

 

Extraits : "Les adultes, dont les parents avaient indiqué que leurs enfants avaient soit montré un comportement variant selon le genre, soit exprimé le souhait d'être de l'autre genre pendant l'enfance, ont plus fréquemment indiqué qu'ils étaient soit homosexuels, soit bisexuels, mais aucun d'entre eux n'était transsexuel. Cela prouve que les enfants présentant une variante de genre, même ceux qui répondent aux critères du TIG avant la puberté, ne sont pour la plupart pas dysphoriques de genre à un âge plus avancé."

 

"A ce jour, nous ne savons pas encore exactement quand et comment la dysphorie de genre disparaît ou déserte."

 

"Dans le diagnostic et le traitement des enfants et des adolescents dysphoriques de genre, il faut tenir compte de la perspective du développement. Un comportement variant selon le genre et même le souhait d'être de l'autre genre peuvent être soit une phase, soit une variante normale du développement sans aucune conséquence négative sur le fonctionnement actuel de l'enfant."

 

"S'ils (les parents) parlent de leur fils natal comme étant une fille avec un pénis, nous insistons sur le fait qu'ils ont un enfant de sexe masculin qui a très envie d'être une fille, mais qui aura besoin d'un traitement invasif pour aligner son corps sur son identité si ce désir ne disparaît pas."

 

             Clarke, Anna Churcher, et Anastassis Spiliadis. " 'Taking the Lid off the Box' : The Value of Extended Clinical Assessment for Adolescents Presenting with Gender Identity Difficulties". Psychologie et psychiatrie cliniques de l'enfant, vol. 24, n° 2, 2019, p. 33.

 

Extraits : "La question de l'homophobie, de la honte intériorisée, des récits familiaux, des ruptures relationnelles, et des croyances et fantasmes associés au milieu de l'adolescence pourrait être réfléchie de manière significative et intégrée dans une histoire de qui l'on devient."

 

Thèmes communs : avant l'apparition de la MG, les patients avaient "fait l'expérience de la taquinerie, de l'exclusion, de l'isolement, de la difficulté à communiquer socialement, de la détresse liée à la conscience d'un corps sexué en développement".

 

La majorité d'entre elles "avaient déjà reçu un diagnostic de trouble du spectre autistique (TSA) ou étaient susceptibles d'en obtenir un".

 

"Louise avait des difficultés avec la pensée symbolique", et "avait un style de pensée particulier qui a façonné sa compréhension de la diversité des sexes" (pensée concrète caractéristique des TSA), et "avait des angoisses autour de la perte de contrôle par rapport aux changements pubertaires" (menstruation, développement des seins).

 

Point essentiel : ces enfants n'ont pas été traités par une thérapie de conversion. Ils ont reçu du temps et de l'aide pour faire face aux complexités du développement de l'adolescence, notamment pour comprendre comment et pourquoi la MG faisait partie de cette expérience de développement pour eux.

 

  • Dysphorie de genre à l'adolescence, ou à apparition tardive, ou à apparition rapide : Avec l'avènement du blocage de la puberté, on a assisté au développement d'un nouveau phénomène social décrit d'abord par Lisa Littman comme la "dysphorie de genre à apparition rapide" (DAGR). On observe une multiplication par 10 environ du nombre de filles essentiellement pubères ou post-pubères qui se présentent dans les cliniques spécialisées dans le domaine du genre et qui n'ont pas d'antécédents de dysphorie de genre. Des inquiétudes ont été soulevées quant aux taux plus élevés de troubles du spectre autistique dans cette population.  Il semble y avoir un aspect de contagion sociale à cette présentation tardive, et beaucoup de ces personnes déclarent être transgenres après avoir consommé du contenu en ligne sur le processus de transition. 

 

             Littman, Lisa. "Rapports des parents d'adolescents et de jeunes adultes perçus comme présentant des signes d'un début rapide de dysphorie de genre". Plos One, vol. 13, n° 8, 2018.

 

               Extrait : "Cette étude descriptive et exploratoire des rapports des parents fournit des informations détaillées précieuses qui permettent de générer des hypothèses sur les facteurs qui peuvent contribuer à l'apparition et/ou à l'expression de la dysphorie de genre chez les adolescents et les jeunes adultes. Les hypothèses émergentes comprennent la possibilité d'une nouvelle sous-catégorie potentielle de dysphorie de genre (appelée dysphorie de genre à déclenchement rapide) qui n'a pas encore été validée cliniquement, et la possibilité d'influences sociales et de mécanismes d'adaptation inadaptés."

 

             Hutchinson, Anna : In Support of Research into Rapid-Onset Gender Dysphoria, link.springer.com/epdf/

 

Extrait : "Bien que certains d'entre nous aient officieusement tendance à décrire le phénomène dont nous sommes témoins comme une dysphorie de genre à l'adolescence, c'est-à-dire sans antécédents de symptômes notables, avant ou pendant le stade précoce de la puberté (certainement rien de significatif sur le plan clinique), la description de Littman résonne avec nos expériences cliniques au sein de la salle de consultation."

 

             Vrouenraets, Lieke Josephina Jeanne Johanna, et al. "Early Medical Treatment of Children and Adolescents with Gender Dysphoria : An Empirical Ethical Study". Journal of Adolescent Health, vol. 57, no. 4, 2015, p. 367-373.

 

             Extrait : "Ils vivent dans leur chambre, sur internet pendant la nuit, et pensent à cela [la dysphorie de genre]. Puis ils viennent à la clinique et ils sont convaincus que cela explique tous leurs problèmes et qu'il faut maintenant faire d'eux des garçons." -Psychiatre

 

             Marchiano, Lisa. "Outbreak : On Transgender Teens and Psychic Epidemics". > Perspectives psychologiques, vol. 60, no. 3, 2017, p. 345-366, doi:10.1080/00332925.2017.1350804.

 

             "Actuellement, nous semblons connaître une importante épidémie psychique qui se manifeste par des enfants et des jeunes qui en viennent à croire qu'ils sont du sexe opposé et, dans certains cas, prennent des mesures drastiques pour changer leur corps. L'auteur est particulièrement préoccupé par le nombre d'adolescents et de préadolescents qui se déclarent soudainement transgenres sans avoir jamais été mal à l'aise avec leur sexe."

 

             Vries, Annelou L. C. de, et al. "Troubles du spectre autistique chez les enfants et les adolescents dysphoriques de genre". > SpringerLink, Springer US, 22 janv. 2010.

 

             EurekAlert. "Une étude révèle un lien avec l'autisme transgenre et non binaire". > EurekAlert !

 

  • Absence de preuves que les hormones sexuelles croisées et la chirurgie de réassignation sexuelle améliorent les résultats à long terme : La CSH et le SRS peuvent soulager temporairement la dysphorie de genre mais les études à long terme (>10 ans) ne montrent pas d'amélioration du fonctionnement psychologique.  Bien que le sentiment interne d'incongruité puisse être temporairement soulagé dans une certaine mesure, le problème fondamental à l'origine du rejet du sexe natal n'est pas résolu, et certains décrivent une aggravation de la dysphorie après le début de la transition. Cela pourrait expliquer pourquoi une étude historique à long terme portant sur des personnes souffrant de dysphorie de genre et ayant subi un traitement à base d'hormones transsexuelles et une chirurgie de réassignation sexuelle a révélé des taux élevés de suicide. Cette étude (ci-dessous) a montré que le risque de décès par suicide était 19 fois plus élevé que dans la population générale, et que le risque de maladie cardiaque était 2 à 3 fois plus élevé.

 

             Dhejne, Cecilia, et al. "Long-Term Follow-Up of Transsexual Persons Undergoing Sex Reassignment Surgery : Cohort Study in Sweden". > PLoS ONE, vol. 6, no. 2, 2011.

 

Extrait : "Les personnes atteintes de transsexualisme, après réassignation sexuelle, présentent des risques considérablement plus élevés de mortalité, de comportement suicidaire et de morbidité psychiatrique que la population générale."

 

Le Center for Medicare and Medicaid Services a examiné les études sur les résultats à long terme de la chirurgie de réassignation sexuelle en 2016. Sur les 33 études examinées, la plupart présentaient des problèmes méthodologiques empêchant toute conclusion fiable.  Les études utiles n'ont pas montré d'amélioration du fonctionnement psychologique après une chirurgie de réassignation sexuelle.

 

             Note de décision sur la dysphorie de genre et la chirurgie de réassignation sexuelle (CAG-00446N), > www.cms.gov/medicare-coverage-database/details/nca-decision-memo.aspx?NCAId=282.

 

Conclusions : "Après une évaluation minutieuse, nous avons identifié six études qui pourraient fournir des informations utiles.  Parmi celles-ci, les quatre études les mieux conçues et menées, qui ont évalué la qualité de vie avant et après la chirurgie à l'aide d'études psychométriques validées (bien que non spécifiques), n'ont pas démontré de changements ou de différences cliniquement significatifs dans les résultats des tests psychométriques après la chirurgie de réassignation de genre."

 

"Sur la base d'une évaluation approfondie des preuves cliniques telles que décrites ci-dessus, il n'y a pas suffisamment de preuves de haute qualité pour déterminer si la chirurgie de réassignation de genre a amélioré les résultats de santé pour les bénéficiaires de Medicare atteints de dysphorie de genre et si les patients les plus susceptibles de bénéficier de ces types d'intervention chirurgicale peuvent être identifiés prospectivement."

 

Concernant l'étude Dhejne ci-dessus : "En outre, nous ne pouvons pas exclure les interventions thérapeutiques [hormones et chirurgie de réassignation de genre] comme une cause de l'excès de morbidité et de mortalité observé."

 

(En d'autres termes, non seulement les études à long terme ne montrent pas d'améliorations du fonctionnement psychologique, mais l'équipe de la CMS s'est sentie obligée de faire remarquer que les interventions peuvent en fait aggraver les choses).

 

  • Effets secondaires des hormones sexuelles croisées : Les études ci-dessous montrent que les hommes qui prennent des œstrogènes développent des TVP et des accidents vasculaires cérébraux à un taux 2 à 3 fois supérieur à la normale. Les femmes qui s'identifient comme des hommes ont 4 fois plus de chances de développer des infarctus du myocarde à long terme, ce dans quoi la testostérone jouerait un rôle.

 

             Alzahrani, Talal, et al. "Facteurs de risque de maladies cardiovasculaires et infarctus du myocarde dans la population transgenre". > Circulation : Cardiovascular Quality and Outcomes, vol. 12, no. 4, 2019.

 

             Getahun D, Nash R, Flanders WD, Baird TC, Becerra-Culqui TA, Cromwell L, et al. > Cross-sex Hormones and Acute Cardiovascular Events in Transgender Persons : A Cohort Study. Ann Intern Med.

 

  • Débat international et préoccupations éthiques : Le débat sur cette question est plus solide que ce que nos sociétés médicales nous ont laissé croire. La communauté médicale au sens large est très préoccupée par le traitement des jeunes dysphoriques de genre. De multiples éditoriaux ont été publiés sur ce sujet et de nombreuses discussions ont eu lieu dans la littérature internationale sur l'éthique du traitement des adolescents atteints de PB et de CSH. En juillet 2019, l'influent Royal College of General Practitioners (RCGP), qui compte 50 000 membres, a publié une prise de position mettant en garde contre les risques et le manque de preuves soutenant le modèle d'affirmation :

 

Bewley, Susan & Clifford, Damian & McCartney, Margaret & Byng, Richard. (2019). L'incongruence de genre chez les enfants, les adolescents et les adultes. > British Journal of General Practice. 69. 170-171. 10.3399/bjgp19X701909.

 

Le rôle du médecin généraliste dans la prise en charge des patients en questionnement de genre et transgenres. > Déclaration de position du RCGP. 

 

Extrait : "Le manque important de preuves concernant les traitements et les interventions qui peuvent être proposés aux personnes atteintes de dysphorie est un problème majeur auquel est confronté ce domaine des soins de santé. Il existe également des différences dans les types et les étapes de traitement des patients atteints de dysphorie de genre en fonction de leur âge ou de leur stade de vie. Les analogues de la gonadoréline (GnRH) constituent l'un des principaux types de traitement pour les jeunes atteints de dysphorie de genre. Ils sont utilisés depuis longtemps pour traiter les jeunes enfants dont la puberté commence trop tôt, mais on connaît moins leur innocuité à long terme chez les adolescents transgenres. Les enfants qui ont été sous GnRH pendant un certain temps et qui ont environ 16 ans peuvent se voir proposer des hormones transsexuelles par le NHS, dont les effets peuvent être irréversibles.15 Il existe un manque important de preuves solides et complètes concernant les résultats, les effets secondaires et les conséquences involontaires de ces traitements pour les personnes souffrant de dysphorie de genre, en particulier les enfants et les jeunes, ce qui empêche les médecins généralistes d'aider les patients et leurs familles à prendre une décision éclairée."

 

             "Les médecins généralistes risquent de provoquer une tempête transgenre après avoir émis un avertissement sans précédent sur 'le manque de preuves' sur les traitements qui ouvrent la voie au changement de sexe des enfants". > Daily Mail Online, Associated Newspapers.

 

Extraits :

 

"Le professeur Richard Byng, médecin généraliste en exercice et professeur de soins primaires à l'Université de Plymouth, a déclaré : 'J'espère que cela donnera aux médecins généralistes la confiance nécessaire pour parler ouvertement et avec compassion avec les patients des différences entre l'identité de genre et le sexe biologique, des preuves limitées des traitements disponibles, et du fait que la transition peut être un processus irréversible avec des implications à vie.'"

 

Citation d'un médecin ; "Les jeunes peuvent nous pousser à fournir des bloqueurs de puberté alors qu'ils ont peu d'idée des implications à long terme. Mais ensuite, la plupart de leurs informations semblent provenir des médias sociaux, qui perpétuent la notion que ces médicaments sont sûrs. "

 

"Le RCGP avertit qu'il y a "un manque important de preuves robustes et complètes autour des résultats, des effets secondaires et des conséquences involontaires de ces traitements pour les personnes atteintes de dysphorie de genre, en particulier les enfants et les jeunes"".

 

             Heneghan, Carl. "Hormone d'affirmation du genre chez les enfants et les adolescents". BMJ EBM Spotlight, 21 mai 2019, > blogs.bmj.com/bmjebmspotlight/2019/02/25/gender-affirming-hormone-in-children-and-adolescents-evidence-review/.

 

             Extraits : "La façon dont les preuves de l'hormone d'affirmation du genre ont été recueillies et analysées pose des problèmes importants qui empêchent de tirer des conclusions définitives."

 

             "Une lettre de l'Archive des maladies de l'enfance qualifiait le traitement par GnRH d'étape importante dans l'obscurité. Elle exposait trois préoccupations principales : 1)Les jeunes sont laissés dans un état de limbes développementales sans caractéristiques sexuelles secondaires qui pourraient consolider l'identité de genre 2) l'utilisation est susceptible de menacer la maturation de l'esprit adolescent, et 3) les bloqueurs de puberté sont utilisés dans le contexte d'une profonde ignorance scientifique."

 

             "Les données actuelles ne permettent pas une prise de décision éclairée et une pratique sûre chez les enfants."

 

Richards, Christopher, et al. "Utilisation des bloqueurs de puberté pour la dysphorie de genre : un pas important dans l'obscurité". > Archives of Disease in Childhood, BMJ Publishing Group Ltd, 1er juin 2019.

 

Michael K Laidlaw, Quentin L Van Meter, Paul W Hruz, Andre Van Mol, William J Malone, Lettre à la rédaction : "Endocrine Treatment of Gender-Dysphoric/Gender-Incongruent Persons : An Endocrine Society Clinical Practice Guideline" , > The Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism, volume 104, numéro 3, mars 2019, pages 686-687.

 

Extrait : "Comment un enfant, un adolescent ou même un parent peut-il donner un véritable consentement à un tel traitement ? Comment le médecin peut-il éthiquement administrer une thérapie d'affirmation du genre en sachant qu'un nombre important de patients subira des dommages irréversibles ?"

 

             Salkind, Jessica, et al. "Safeguarding LGBT+ Adolescents". > Bmj, 2019, p. l245, doi:10.1136/bmj.l245.

 

Extraits : "Avec 85% de désistance parmi les enfants transgenres référés, et une sensibilisation croissante à la détransition, l''affirmation' sans questionnement en tant que voie qui conduit les patients dysphoriques de genre à des interventions irréversibles ne peut être considérée comme la seule ou la meilleure pratique."

 

"En effet, la transition d'enfants qui auraient autrement grandi lesbiennes, gays ou bisexuels peut introduire une autre forme de conversion.  Une voie médicale bien intentionnée mais permanente pour tous a peu de chances d'obtenir les meilleurs résultats à long terme.  Confirmer le dégoût du sexe natal ou des organes sexuels externes, en particulier pour les personnes ayant subi un traumatisme dans leur enfance, risque d'entraîner une collusion médicale avec les abus ou de les reproduire."

 

             Sadjadi, Sahar. "Le bureau de l'endocrinologue - Suppression de la puberté : Sauver les enfants d'une catastrophe naturelle ?" > Journal of Medical Humanities, vol. 34, no 2, 2013, p. 255-260.

 

Extraits : L'article "vise à attirer l'attention sur les effets des tactiques d'effarouchement et des stéréotypes sensationnels des personnes transgenres utilisés pour convaincre les gens de la nécessité d'un traitement."

 

"Pathologiser leur refus (des enfants non conformes au genre) et leur malaise face à l'attente sociale de leur sexe natal et localiser la source du problème au sein de l'enfant ignore les conditions dans lesquelles la souffrance s'est développée."

 

         Kenny, Diana. "QUESTIONS CLÉS DANS LA PRISE DE DÉCISION POUR LE TRAITEMENT DE TRANSITION DE GENRE : Questions et réponses". > Gdworkinggroup.org, 9 août 2019, gdworkinggroup.org.

 

         Extrait : " Les données scientifiques actuelles permettent-elles de conclure que l'administration d'un traitement de transition de genre (transition sociale, agents bloquant la puberté et hormones transsexuelles) peut être sûre pour les enfants et les adolescents ? Réponse : Non.

 

             McHugh, Paul. "La chirurgie transgenre n'est pas la solution". The Wall Street Journal, Dow Jones & Company, 13 mai 2016, > www.wsj.com/articles/paul-mchugh-transgender-surgery-isnt-the-solution-1402615120.

 

             Shrier, Abigail. "Opinion | Standing Against Psychiatry's Crazes". The Wall Street Journal, Dow Jones & Company, 3 mai 2019, > www.wsj.com/articles/standing-against-psychiatrys-crazes-11556920766.

 

  • Préoccupations concernant le suicide : Les lignes directrices de l'Endocrine Society ne mentionnent pas la réduction des suicides par le CSH ou le SRS, car cela n'a jamais été démontré.  Les études sur le suicide réalisées sur cette population souffrent d'une variété de défauts méthodologiques. Le Dr Ken Zucker a présenté publiquement les données sur le suicide de sa clinique, montrant que les taux de suicide chez les adolescents transgenres sont comparables à ceux d'autres adolescents souffrant de troubles psychologiques.  Ces taux élevés sont une source d'inquiétude pour tous, mais ne devraient pas conduire à des interventions précipitées ou non éprouvées.

 

             Zucker, Kenneth J. "Adolescents with Gender Dysphoria : Reflections on Some Contemporary Clinical and Research Issues". > Archives of Sexual Behavior, 2019, doi:10.1007/s10508-019-01518-8.

 

             Blanchard, Raymond et Bailey, Michael. " Suicide ou transition : Les seules options pour les enfants dysphoriques de genre ?" 4thWaveNow, 13 oct. 2017, > 4thwavenow.com/2017/09/08/suicide-or-transition-the-only-options-for-gender-dysphoric-kids/.

 

Extrait : "Les parents d'enfants dysphoriques de genre veulent presque toujours le meilleur pour eux, mais beaucoup de ces parents ne concluent pas immédiatement que la transition de genre instantanée est la meilleure solution. Cela sert mal ces parents d'exagérer la probabilité de suicide de leurs enfants, ou d'affirmer que le suicide ou la suicidalité serait la faute des parents."

 

             "Faits et mythes sur le suicide". Transgender Trend, > www.transgendertrend.com/the-suicide-myth/.

 

Extrait : La clinique Tavistock et Portman GIDS déclare que parmi les enfants adressés à la clinique, "le suicide est extrêmement rare".

 

             Biggs, Michael. "Suicide par les enfants transidentitaires en Angleterre et au Pays de Galles". > Transgender Trend, 9 oct. 2018, www.transgendertrend.com/suicide-by-trans-identified-children-in-england-and-wales/.

 

  • Détraqueurs : Un certain nombre de jeunes dysphoriques de genre qui ont été médicalisés de manière inappropriée sont maintenant en train de " détransitionner ", dans la mesure où cela est possible. Il existe des effets physiques irréversibles de la testostérone sur un corps féminin (approfondissement permanent de la voix, clitoromégalie, élargissement de la mâchoire) et les changements chirurgicaux sont partiellement à complètement irréversibles.

 

Butler, Catherine, et Anna Hutchinson. "Débat : le besoin pressant de recherche et de services pour les désisters/détransitions de genre". > Child and Adolescent Mental Health, vol. 25, no. 1, 2020, pp. 45-47, doi:10.1111/camh.12361.

 

Herzog, K., Baume, M., Polk, L., Keimig, J., Polk, L., & Segal, D. (s.d.). The Detransitioners : Ils étaient transgenres, jusqu'à ce qu'ils ne le soient plus. Consulté sur le site > https://www.thestranger.com/features/2017/06/28/25252342/the-detransitioners-they-were-transgender-un

 

Stella, Cari. "Pourquoi j'ai détransitionné et ce que je veux que les prestataires médicaux sachent (USPATH 2017)". > YouTube, YouTube, 6 fév. 2017, www.youtube.com/watch?v=Q3-r7ttcw6c.

 

Grove, Wheston Chancellor. "Effets secondaires de la testostérone après 14 ans - transgenre FTM 'hybride'". > YouTube, YouTube, 27 mars 2019, www.youtube.com/watch?v=QRTuu9rcuYw.

 

Mills L. Une lettre aux jeunes trans. > https://www.transgendertrend.com/letter-to-young-trans-people/

> https://www.piqueresproject.com/

 

"Détransition et réidentification des femmes : Résultats de l'enquête et interprétation. " > Archive, 3 sept. 2016,guideonragingstars.tumblr.com/post/149877706175/female-detransition-and-reidentification-survey.

 

The Heritage Foundation. "Il avait l'habitude d'être trans - voici ce qu'il veut que tout le monde sache". > YouTube, YouTube, 4 avr. 2019, www.youtube.com/watch?v=qlRkLtKqSrY.

 

The Heritage Foundation. "Ancien activiste transgenre : La transition est dangereuse, surtout pour les jeunes. " > YouTube, YouTube, 4 avr. 2019, www.youtube.com/watch?v=dJMMqREtQJc&t=8s.

 

  • Perspectives : Il ne fait aucun doute que les hormones transsexuelles comportent des risques importants. Ni la CSH ni le SRS n'ont démontré de manière convaincante qu'ils améliorent le fonctionnement psychologique à long terme des personnes dysphoriques de genre. Cela soulève des questions éthiques sur le rôle que les médecins devraient jouer en fournissant des traitements sans preuve convaincante de leur efficacité.

 

  • Conclusions : Pour conclure, la dysphorie de genre a toujours une cause profonde. Personne ne naît dans le mauvais corps.  Il existe des modèles de conseil validés pour traiter cet état. Environ 85 % des cas de dysphorie de genre apparaissant dans l'enfance disparaissent au cours du processus de développement pubertaire.  La récente vague de dysphorie de genre à l'adolescence est un phénomène complètement nouveau, et l'application du protocole de la dysphorie de genre à l'enfance est inappropriée. Le blocage de la puberté, les hormones transsexuelles et la chirurgie de réassignation sexuelle ne traitent pas les problèmes sous-jacents à l'origine de la dysphorie, sont associés à une mortalité cardiovasculaire accrue et il n'a pas été démontré qu'ils améliorent le fonctionnement psychologique à long terme. Dans n'importe quel autre domaine de la médecine, de tels résultats entraîneraient un réexamen de la validité de ces traitements et leur arrêt jusqu'à ce que des données montrant des avantages soient disponibles. 

 

Liens supplémentaires :

 

Blake, Nathanael. "Ce que nous ne savons pas : La transition de genre améliore-t-elle la vie des personnes atteintes de dysphorie de genre ?" > Discours public, 2 mai 2019, www.thepublicdiscourse.com/ 2019/04/51524/.

 

Deborah, Soh. "L'homophobie inavouée qui propulse le mouvement transgenre chez les enfants". > Quillette, 28 oct. 2018, quillette.com/2018/10/23/the-unspoken-homophobia-propelling-the-transgender-movement-in-children/.

 

The Heritage Foundation. "Risques médicaux des interventions hormonales et chirurgicales pour les enfants dysphoriques de genre". > YouTube, YouTube, 4 avr. 2019, www.youtube.com/watch?v=rYtGPLpW- g8&t=656s.

 

Vanderlast, Sajber. "Julia Beck parlant de comment les lesbiennes sont blessées par l'idéologie du genre". > YouTube, YouTube, 28 janv. 2019, www.youtube.com/watch?v=FbzPthhj6vI.

 

The Heritage Foundation. " La dysphorie de genre chez les enfants : Understanding the Science and Medi- cine. " > YouTube, YouTube, 12 oct. 2017, www.youtube.com/watch?v=GOniPhuyXeY&t=2072s.

 

McHugh, Paul. " Troisième partie : L'identité de genre - Sexualité et genre. " > The New Atlantis, 2016, www.thenewatlantis.com/publications/part-three-gender-identity-sexuality-and-gender.