News

Genspect Logo.png

1er Octobre 2022 - Les standards soc8 de WPATH expliqués par Genspect

> version originale ici (EN)
> les standards de soins soc8 de WPATH (EN)

WPATH expliqué

Par Genspect / 1 octobre 2022

Genspect donne un bref aperçu des raisons pour lesquelles beaucoup pensent que la publication par le WPATH de ses normes de soins (version 8) a été un désastre.  

 

La version 8 des normes de soins (SOC8) de l'Association mondiale des professionnels de la santé transgenre (WPATH), tant attendue, est un désastre. 

 

Les standards de soin (SOC8) de l'Association mondiale des professionnels de la santé des personnes transgenres (WPATH) ont récemment été publiés, provoquant un choc et une consternation générale. Le traitement de la dysphorie de genre est devenu un sujet très controversé depuis que la WPATH a publié ses dernières normes de soins (SOC7) en 2012, et donc cette fois-ci, beaucoup plus de personnes que jamais auparavant ont décidé d'analyser ce document. Les résultats n'étaient pas beaux à voir.  

 

Très peu de temps après que le document ait été rendu public, une importante "correction" inattendue a été publiée.  Cependant, il ne s'agissait pas d'une "correction", mais d'un revirement idéologique. Ce changement d'avis a été rapporté dans le monde entier, car il a supprimé toutes les conditions d'âge minimum pour les chirurgies d'affirmation du genre.   

 

Dans le document original, la WPATH propose des "âges minimums suggérés" pour un certain nombre de procédures chirurgicales irréversibles pour les mineurs, tels que : 

 

 14 ans et plus pour les hormones transsexuelles 

 

 15 ans et plus pour les doubles mastectomies 

 

 16 ans et plus pour les implants mammaires et la chirurgie de féminisation du visage 

 

 17 ans et plus pour la métoidioplastie, l'orchidectomie, la vaginoplastie, l'hystérectomie, le remodelage fronto-orbitaire.  

 

 18 ans et plus pour la phalloplastie.  

 

La décision de supprimer toutes les conditions d'âge (à l'exception de la phalloplastie) a été prise malgré l'absence de nouvelles preuves à l'appui de cette recommandation. Ce n'est cependant pas le seul problème des SOC8, il y en a d'autres : 

  • Une décision bizarre d'inclure un chapitre complet sur les eunuques. L'histoire a enregistré les tristes vies que menaient les eunuques et la décision de la WPATH de ramener ce terme désuet et ce mode de vie difficile sans aucune raison valable ni aucune preuve à l'appui a jeté une ombre sur l'ensemble du document. Historiquement, les eunuques avaient une position basse. Ces hommes étaient volontairement castrés afin de les rendre moins menaçants dans la société ; généralement, ils travaillaient comme serviteurs ou esclaves. Le principal problème de la décision de WPATH de réintroduire les eunuques dans le lexique est qu'il n'existe aucune preuve à l'appui - il s'agit manifestement d'une décision prise par des activistes trans plutôt que par des cliniciens. Cependant, un autre problème majeur avec cette décision est que le WPATH SOC8 fait référence à The Eunuch Archive, un site web qui inclut des histoires sadiques sur des enfants. 

  • La médication et la chirurgie irréversibles sont autorisées pour les enfants, même si "le nombre d'études est encore faible", "il existe peu d'études de résultats qui suivent les jeunes jusqu'à l'âge adulte" et "aucune étude clinique n'a fait état de profils d'adolescents qui regrettent leur décision initiale". Il n'y a pas de preuves à l'appui de cette décision. 

  • Les enfants peuvent passer directement aux hormones transsexuelles - il ne leur sera plus demandé de commencer par une suppression de la puberté. Bien que les bloqueurs de puberté soient dommageables, les hormones transsexuelles le sont bien plus, car elles peuvent modifier de façon permanente le corps, le visage, les organes génitaux et la voix. Il n'existe aucune preuve à l'appui de cette décision radicale. 

  • Malgré les preuves qui montrent que le bandage de la poitrine (binders) et le pliage des organes génitaux (tucking) sont très nocifs pour le corps, WPATH ignore ces dangers et conseille plutôt aux cliniciens de dispenser une éducation à ce sujet afin d'apporter un "confort" aux enfants. 

  • Il y a un mépris de l'autorité parentale en conseillant aux cliniciens de prescrire un traitement hormonal aux enfants sans le soutien des parents. Cela crée une triangulation, où le parent est considéré comme le persécuteur, l'enfant comme la victime et le clinicien comme le sauveur apparent. C'est une situation malsaine qui provoque une détresse inutile au sein des familles à un moment déjà très stressant. Les conseils de la WPATH conduiront à l'aliénation des parents car ils conseillent aux cliniciens de "défier" les parents qui sont considérés comme ne les soutenant pas en raison de leurs préoccupations concernant les procédures médicales précoces et agressives. 

  • WPATH a inclus une définition incorrecte de la détransition dans son glossaire. Selon WPATH, "la détransition est un terme parfois utilisé pour décrire la retransition d'un individu vers le genre stéréotypé associé à son sexe assigné à la naissance". Cela nie complètement l'expérience de la détransition ; une définition plus précise de la détransition est : "le processus de changement de la présentation du genre d'une personne pour revenir à son sexe biologique, en cherchant à inverser ou à arrêter une transition médicale antérieure."  

  • Pablo Expósito-Campos a souligné que le WPATH a "complètement mal interprété" son travail sur la détransition et, malgré la forte hausse du nombre de personnes qui se détransitionnent, selon Expósito-Campos, le WPATH est "très biaisé contre la détransition comme résultat possible". 

  • Malgré la forte augmentation du nombre de personnes en détransition, WPATH ne fournit aucune directive ou discussion de fond sur ce groupe marginalisé dont la vie a été gâchée par l'approche affirmative du genre que WPATH recommande.   

  • Un langage idéologique et euphémique est utilisé tout au long de ce SOC8, par exemple en décrivant les procédures médicales comme des "soins de santé d'affirmation du genre" et les doubles mastectomies comme une "chirurgie de masculinisation de la poitrine". 

  • Le document ne fait aucune mention de la protection de l'enfance ou des préoccupations relatives à la sauvegarde des enfants. 

  • Une liste de chirurgies esthétiques recommandées est proposée, notamment le remodelage du corps, la chirurgie de la voix, la greffe de cheveux, l'augmentation de la mâchoire, la liposuccion, le lifting des sourcils, le raccourcissement des lèvres, l'implantation de mollets, la mastectomie, l'hystérectomie, la vaginoplastie, la phalloplastie. 

  • Une approche imprudente de la santé mentale est évidente avec le conseil selon lequel toutes les maladies mentales "ne peuvent ou ne doivent pas être résolues" avant la prise de médicaments ou une chirurgie majeure pour les enfants ou les adultes." 

Enfin, la décision de la WPATH de supprimer un chapitre sur l'éthique qui figurait dans la version préliminaire de SOC8 suggère qu'elle est devenue une organisation entièrement dirigée par des activistes, peu soucieuse d'une approche prudente et circonspecte des soins liés au genre et plutôt axée sur la promotion de l'idéologie du genre.