News

Capture d’écran 2021-08-20 à 09.12.34.png

10 mai 2022, Genève - 

Isabelle Ferrari et Stéphane Mitchell signent une tribune d'opinion dans le Temps

Transidentité chez les jeunes: les vertigineuses errances [1] de nos représentants de gauche.

A l’occasion de la Journée internationale contre l’homophobie, la biphobie et la transphobie, la Ville de Genève lance une campagne d’affichage colorée, qui interpelle lorsqu’on y regarde de plus près. Sous le titre « Nos corps, nos fiertés », elle montre des corps marqués par des mastectomies. Des corps sensés «célébrer la diversité queer».
 

Dans son message, le Conseiller municipal Alfonso Gomez, qui chapeaute cette campagne, évoque la nécessité d’exposer «…des corps particulièrement visés par les discriminations et les violences, car ils doivent entrer dans l’une des cases binaires du «féminin» ou du «masculin» et se soumettre aux injonctions à l’hétérosexualité. S’ils transgressent ces normes, ils sont mis à l’épreuve: regards, bousculades, humiliations, mais aussi coups et mutilations. »

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De quelles mutilations parle-t-il ?
 

Certainement pas de celles subies aujourd’hui dans le monde occidental par des milliers de jeunes filles, souvent lesbiennes, qui sont conduites à penser qu'elles sont « nées dans le faux corps », en raison de leur expérience intense de non-conformité de genre. Des jeunes filles qui portent les stigmates de l’ablation de leur poitrine ; des cicatrices honteusement glorifiées dans ces affiches qui prônent l’ouverture d’esprit et la bienveillance.

Mais est-elle véritablement bienveillante, inclusive et progressiste, une société où des jeunes femmes, qu’on appelait autrefois des « garçons manqués », sont amenées à croire qu’elles seront mieux acceptées et qu’elles auront une vie meilleure en se faisant enlever les seins et en se soumettant à des traitements hormonaux à vie ?

A l’heure où des Etats parmi les plus libéraux en matière de droits des personnes LGBT appellent à la plus grande prudence à l’égard de la médicalisation des jeunes qui se déclarent de l’autre sexe, nos représentants de gauche s’enlisent dans de vertigineuses errances.

Ils savent pourtant que de nombreux jeunes dysphoriques adoptent une identité transgenre en réponse à des brimades homophobes ; que la pratique consistant à ignorer des troubles psychiatriques graves, plutôt que de les intégrer dans un plan de traitement complet, est sans précédent dans les soins de santé modernes ; que l’explosion des jeunes réclamant des traitements médicaux sert les mêmes intérêts commerciaux contre lesquels la gauche a l'habitude de s'élever ; que l'érosion des espaces et des activités non mixtes a des conséquences catastrophiques pour les femmes et les filles. Ils connaissent les organisations militantes qui pratiquent un lobbying actif, les taux élevés d'autisme; le dégoût de soi et la dépression, le climat d'hypersexualisation auquel les jeunes sont exposés, le rôle que peuvent jouer le deuil et les traumatismes, l'influence du porno, le Subreddit detrans (qui compte 29'000 personnes), Keira Bell, et l'herbe toujours plus verte de l'autre côté de la transition…

 

Pensent-ils, comme le chantent les militants du collectif radical d’action queer qui s’est distingué, il y a quelques jours, par une action d’intimidation et de cancelling, que le futur leur donnera raison ?

 

Ont-ils seulement consulté leurs électrices et électeurs sur la vision sociétale que ceux-ci souhaitent voir défendue ?

La réponse des urnes est sans équivoque.

Car aucune politique élaborée dans l’ombre ne peut survivre à la lumière.

Isabelle Ferrari & Stéphane Mitchell

[1] En référence à
un article de Sorj Challandon, journaliste pour Libé, qui rappelle les dérives des médias et de personnalités de gauche qui, au nom du droit des jeunes à l’autodétermination ont, dans les années 70-80, fait œuvre d’une coupable complaisance à l’égard de relations entretenues par des adultes avec des enfants.

> Lien vers le Temps

affiches-17mai22_Page_1.jpg
affiches-17mai22_Page_6.jpg
affiches-17mai22_Page_1.jpg
affiches-17mai22_Page_6.jpg